Ressources

COMPOST, MON POTE #3

compost

Dans le précédent article, je vous parlais des composteurs de jardin. On a pu l’expérimenter lorsque nous vivions dans une maison avec un jardin (c’est plus pratique en effet) pour produire un bon compost tout frais pour nos plantations de l’été.

Le lombricomposteur

Mais si vous habitez en appartement, comme nous aujourd’hui, et que vous n’avez pas trouvé de composteur de quartier près de chez vous, vous pouvez également opter pour un composteur d’appartement, un lombricomposteur

Mais qu’est-ce que c’est au juste ? Et quelle différence avec un composteur de jardin.

Il s’agit de bacs empilés contenant de petits vers tout mignons (qu’on appelle Lombrics) et qui vont digérer vos surplus alimentaires (épluchures, œufs,…). Encore une fois, comme dans les autres types de composteurs, il faut faire attention à ce qu’il y est toujours un certain équilibre entre les matières sèches, humides, carbonées et azotées. Un bon équilibre évitera les odeurs, le développement de petits moucherons et surtout permettra d’accélérer le processus de décomposition (ou compostage).
Lorsque le premier bac est plein, on en rajoute un que l’on peut remplir. Ces bacs comportent des petits trous qui permet au jus de s’écouler et aux vers de circuler entre les bacs. Le jus va s’accumuler dans le bac réservoir (en vert dans le schema ci-contre). Un petit robinet permet de récupérer ce jus. Ne le jetez surtout pas, vous pouvez l’utiliser pour fertiliser vos plantes. IMPORTANT : diluez ce jus à raison d’1 volume de jus pour 10 volumes d’eau. Sans cela, vous risquez de bruler les racines de vos plantes. Et si vous n’en avez pas besoin tout de suite, stockez-le dans une bouteille en verre.

Des communes et des associations proposent des formations gratuites pour apprendre à gérer efficacement un composteur de ce type et notamment pour éviter les odeurs et les moucherons. J’avoue que nous on a pas encore parfaitement trouvé notre équilibre, mais on compte bien se former bientôt. 
Certains territoires (comme celui de Grenoble-Alpes Métropole) mettent également à disposition des lombricomposteur gratuit pour leurs citoyens.

Mais si vous êtes un peu bricolo, il est également possible de fabriquer son propre composteur de cuisine (qu’on appelle aussi Bokashi.

Formation pour usage personnel 

Formation au lombricompostage dispensée par les ACTIVATEURS du réseau COMPOST CITOYEN.

Formation et distribution de lombricomposteurs – un pas de plus vers une meilleure gestion de nos déchets

Il existe beaucoup de formations diverses dispensées par des organismes aussi variés que des associations ou des territoires comme des villes ou des communautés d’agglomérations.

Formation qualifiante 

Durant 5 journées ComposTerre vous forme aux activités de Guide-composteur selon le référentiel de formation ADEME. La formation Guide Composteur est certifiante (RNCP).

Formation aux activités de Guide-composteur selon le référentiel de formation ADEME. 5 jours pour tout savoir sur les fondamentaux du compostage, pour savoir transmettre ces savoirs et sur le compostage collectif.

De même que pour les formations pour usage personnel, il existe de nombreuses formations pour devenir guide-composteur selon le référentiel de l’ADEME sur tout le territoire.

D’autres techniques de compostage existent ! 

Nous avons notamment découvert la Hot Bin avec Gauthier de Objectifs-21. Ce composteur d’origine anglaise permet d’absolument tout mettre dedans, même les restes alimentaires cuits. Et parce que pour en parler il n’y a pas mieux qu’une petite vidéo, on vous laisse découvrir le concept avec une petite vidéo que nous avons réalisé avec Gauthier.


Mais à plus grande échelle, il y a aussi des composteurs industriels qui gagnent de plus en plus en popularité. Les villes et métropoles mettent en place des poubelles à déchets organiques dans les immeubles et passent les récupérer pour les amener dans un composteur industriel où tous les habitants de la ville ou les agriculteurs peuvent venir se procurer du compost. Dommage peut-être qu’ils soient souvent si éloignés des centres de production des déchets verts. En effet, ils sont souvent très éloignés des centre villes ce qui implique une logistique importante et donc des émissions de GES importantes.

En tout cas, on peut toujours en apprendre d’avantage sur les différentes solutions pour valoriser ses biodéchets sur son territoire.

Pour les Grenoblois (comme nous) qui veulent plus d’infos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *