Ressources

L’ECONOMIE CIRCULAIRE ET NOUS

Schéma synoptique de l'Economie Circulaire

À une époque de renouveau, à la suite des deux grandes guerres, le XXème siècle donne naissance à de nouveaux concepts, de nouvelles idées, de nouvelles ambitions. C’est dans ce tout changement que la notion d’Économie Circulaire fait son apparition. Émergent en plein BOOM capitaliste, ce concept peine à faire parler de lui. Mal définit, sans définition consensuelle, l’Économie Circulaire attise doucement l’intérêt et finit par prendre lentement sa place dans de grands pays tels que le Japon, la Chine, les Pays Bas ou encore l’Allemagne. 

Aujourd’hui, en France, ce concept est définit comme « un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien-être des individus. » ADEME.

Dans quel but ?

“Organiser la descente matérielle et énergétique de la société ainsi que la circularité des flux de ressources” – Émeline Baume

En résumé, arriver à mener nos sociétés vers un modèle plus sobre en ressources, basé sur un fonctionnement partenarial et collaboratif qui minimise notre impact sur l’environnement. 

Pour y arriver, 3 piliers principaux font leur apparition : 

1) PRODUCTION & OFFRE

(de biens et de services) :

Basés sur un approvisionnement durable en matières, sur des méthodes de conception plus éco-responsables et sur une économie industrielle et territoriale plus symbiotique. L’économie de la fonctionnalité (vendre une fonction plutôt qu’un produit) est aussi une composante importante de ce volet.

2) CONSOMMATION :

Plus responsable dans la demande et dans les comportements de chacun. Avec un choix de consommation éclairé sur l’impact environnemental des produits consommés à toutes les étapes de leur cycle de production et une démarche de réparation, réemploi et réutilisation favorisée.*

3) GESTION DES DÉCHETS :

Par le recyclage. Le recyclage c’est le traitement de produits en fin de vie afin de pouvoir en réintroduire, tout ou partie, dans le cycle de production. Il ne comprend cependant pas la conversion de nos déchets en combustibles et représente la dernière phase du cycle. 

*D’ailleurs, réparation, réemploi, réutilisation, ça veut dire quoi ? 

  • La réparation consiste en la remise en fonction d’un produit. 
  • Le réemploi, c’est le don ou la vente d’un produit d’occasion pour augmenter sa durée de vie.
  • La réutilisation c’est la remise en état sous la forme d’un bien d’occasion ou le démontage en pièces détachées et et la revente d’un produit.

Déchets d’Œuvre dans tout ça ? 

Déchets d’Œuvre, c’est nous ! Une association loi 1901 qui a pour objet la sensibilisation et la compréhension de l’opinion des acteurs européens sur la question des déchets comme ressource. L’économie circulaire dans tout ça ? Cet objectif que nous nous sommes fixé intègre pleinement les deux premiers axes de l’économie circulaire : production & consommation. 

Nous cherchons à mettre en évidence des initiatives qui conçoivent des biens et services et permettent le réemploi de matériaux, l’allongement de la durée de vie de certains produits par des techniques et technologies innovantes, réduisant leurs effets néfastes sur l’environnement. Dans cette démarche, il nous importe de prendre en compte la notion d’approvisionnement durable des ressources. Celle-ci est à analyser avec nuance, la majorité des initiatives que nous souhaitons rencontrer utilisent comme matière première de la seconde main (loi des 5R). L’ensemble du processus antérieur à la production n’est pas toujours maîtrisé. Quant à la notion d’écologie industrielle et territoriale, elle sera davantage abordée sous l’angle de la relation entre les différentes initiatives découvertes et les entreprises et professionnels du tissu économique local, notamment pour l’approvisionnement en matières premières. 

Nous avons également à cœur de comprendre les comportements d’achat et d’usage des Européens. De ce fait l’analyse des modes de consommation et notamment la consommation responsable par la prise en compte du cycle de vie des produits par les individus est essentielle. Nous allons tenter de mettre en lumière ces comportements par la mise en image de méthodes de réemploi, récupération, réparation et réutilisation de biens au niveau individuel. 

Ne faut il pas débuter au niveau individuel pour changer d’échelle ?

L’Aventure Déchets d’Œuvre commence aujourd’hui et c’est un réel moyen pour nous d’entamer une expérience pour (ré)interroger les modes de production et de consommation des européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *